Le problème avec les experts (bis)

Quelles solutions à l’expertocratie?

  • Des experts choisis parce qu’ils sont timides (le doute est un signe d’éducation), qu’ils rechignent à donner leur opinion en public, qu’on ne le leur arrache qu’avec beaucoup d’insistance.
  • Une arène des prédictions de David Brin. Qu’un organisme public indépendant note chaque prédiction, faite par n’importe qui qui a de la visibilité. Avec le temps on donne une note. Qui s’est trompé sur quel sujet? Combien de fois? De vrais experts qui ont souvent raison ressortiront du lot. [Un tel projet me semble être très exactement le rôle d’un État minimaliste voulu par Stuart Mill, qui collecte de l’information pour l’offrir à tous].
  • Des jurys tirés au sort dans le peuple, comme le suggère Étienne Chouard. Ils pourront regarder par dessus l’épaule des « experts », qui seront forcés de s’expliquer. En quoi leurs recherches méritent des fond publics? Leurs cours universitaires sont-il utiles et compréhensibles?
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s