Ne plus jamais se laisser abattre! – Norman Vincent Peale

« Tu finis toujours par devenir ce que tu t’imagines être »

Norman Vincent Peale est la vedette de la pensée positive. Ce pasteur était si efficace pour remettre les pessimistes et les déprimés sur pied, que même des thérapeutes lui envoyaient leurs cas les plus désespérés. C’était aussi le pasteur de Donald Trump, qui pratique forcément les même trucs que Peale, vu que le président semble ne jamais douter ou se laisser abattre, face aux difficultés. Quel est le secret? La croyance en Dieu. Dieu est avec vous, veille sur vous, vous souhaite tout le succès du monde. Et rien n’est impossible avec son soutien. Vraiment, avec Peale, le christianisme devient un manuel pratique, pour vivre sa vie sans crainte et avec une belle rage de vaincre.

C’est très simple. À chaque personne au bout du rouleau, déprimé, ou sans espoir, Peale recommandait des affirmations. Répéter des phrases motivantes, revigorantes jusqu’à ce qu’on finisse par y croire. C’était toujours les mêmes passages choisis de la bible :

http://www.easyvigour.net.nz/religious/h_Peale40Thought.htm

Les affirmations, prônées aussi par Scott Adams, sont vraiment la solution. Utilisez-les comme un remède lorsque vous sentez le défaitisme ou la tristesse arriver. En faisant le plein de pensées positives, votre esprit reste maître de lui-même. Il n’ignore pas les tourmentes et les difficultés du monde, mais refuse de se soumettre à celles-ci.

Concrètement, adoptez ce réflexe : AYEZ DES PENSÉES TRIOMPHANTES

Comment?

  1. Si vous vous sentez désespéré, sans ressources, cherchez qu’est-ce qui a causé cette idée, dans votre vie. Peale dit que ça part souvent de mauvaises expériences dans votre enfance. Comprendre la source de cette habitude à avoir des pensées négatives, c’est le premier pas pour guérir.
  2. Videz votre esprit de toutes vos craintes, toutes vos appréhensions et tous vos doutes. Visualisez ceci: vous êtes dans un bateau. Vous ramassez toutes vos pensées négatives dans un sac de jute, et vous les balancez ce sac par-dessus bord de toutes vos forces.
  3. La nature a horreur du vide. Votre esprit est vide, nettoyé des pensées négatives, il est temps de le remplir de pensées positives.
  4. Prenez une page blanche et écrivez tous vos atouts. La santé? L’intégrité? Une femme aimante? Des amis qui peuvent vous donner leur support?
  5. 10 fois par jour, répétez des phrases triomphantes « Je peux tout réussir », « Rien n’est impossible pour celui qui croit »…

Essayez de reproduire cette routine chaque jour. Si le temps vous manque, essayez alors d’avoir deux pensées positives après chaque pensée négative qui vous passe par la tête.

Peale recommande de chasser les pensées négatives et de les remplacer par des pensées triomphantes dans beaucoup de situations :

Retrouver la santé

Videz-vous le cœur (à Dieu). Sinon, vous serez comme une cocotte-minute, pleine d’anxiétés, de ressentiments, de regrets, et de culpabilités. Les pensées noires vous rongent de l’intérieur (causant un tas de maladies psychosomatiques).

Reprendre le contrôle

Dites-vous que chaque problème a sa solution. Lorsque votre situation est bloquée, restez calme. Ne forcez pas une réponse. Un esprit relaxé qui prend son temps arrivera à la bonne solution. Assemblez les faits connus de manière réaliste, impersonnelle. Listez-les sur une feuille de papier. Ayez foi en Dieu ou en votre sens de l’intuition, et avec le temps une idée de génie viendra.

Retrouver le calme

La colère fait affluer le sang vers votre visage, fait monter le ton de votre voix, contracte vos muscles et resserre vos poings. Avant de vous emporter, arrêtez le processus dès qu’il commence. Consciemment, déserrez les poings (gardez vos doigts bien droits), forcez votre voix à descendre d’un ton. Dites-vous « Est-ce que ça en vaut la peine? » Comptez jusqu’à 10, et la colère ne durera pas. Allongez-vous quelque part s’il le faut, impossible d’être enragé dans cette position!

Relaxer

Effondrez-vous physiquement. Imaginez que votre corps est mou comme une méduse. Ou comme un sac de patates qu’on échappe sur le sol, et qui se vide. Essayez de décompresser dans un endroit silencieux au moins 15 minutes par jour. Fuyez la surstimulation du monde moderne (allez en forêt, trouvez un chalet loin des villes). Prenez-vous moins au sérieux, vous n’êtes pas Atlas, vous n’avez pas à porter le monde sur vos épaules. Dans votre tête, imaginez un lac agité qui se calme, et dont la surface devient lisse et tranquille.

Être aimable

Soyez une personne relaxée, qui est de bonne compagnie, qui rend les autres confortables. Plutôt que d’être égoïste, complimentez les autres, faites remonter leur estime de soi. Vous y arriverez en ayant un intérêt et un amour sincères, chrétiens, pour les autres. Si jamais votre relation avec quelqu’un se corse, mieux vaut présumer que le problème se situe en vous, plutôt que forcément chez eux. Y a-t-il un trait abrasif chez vous?

Ne jamais manquer d’énergie

Peale raconte que les personnes très religieuses savent reconnaître et stopper les choses qui draînent leur énergie. I.e., leurs pensées négatives. C’est votre vie émotionnelle, plus  que votre âge ou votre santé, qui détermine votre énergie. Abandonnez les drains d’énergie comme la peur, la culpabilité, les obsessions… Chaque soir, avant de vous coucher, visualisez un bain d’eau sale, plein de ces tracas quotidiens. Imaginez que vous tirez sur le bouchon du drain, et que toute cette eau sale disparait tranquillement.

Peale va aussi au delà de émotions, et nous dit de ne pas entrer dans le rythme effrenée de la vie moderne. Préférez le rythme approprié de la nature, ou de Dieu. Comment adopter ce bon RYTHME? Relaxez de de temps en temps, avec les trucs cités plus haut, et joignez une cause, dédiez-vous corps et âme, assurez-vous que cette cause provoque une forte conviction. Travailler pour une telle cause n’épuise pas!

Être heureux

Être malheureux est un choix. Le bonheur est une habitude. Créez cette habitude avec quelques pensées heureuses chaque jour, comme : « Je crois que ce sera une excellente journée », après vous être levé le matin. Répétez à chaque matin un mot puissant comme « je crois » « je crois » « je crois! » Répétez dans votre tête des mots qui soignent : « tranquilité », « sérénité »… Retirez de votre vocabulaire des mots négatifs comme « je m’inquiète ». Et pendant la journée, cotôyez des gens optimistes et énergiques, fuyez les discussions pessimistes ou défaitistes.

S’attendre à mieux, et l’obtenir

Plutôt que d’avoir des doutes, attendez-vous à mieux, au meilleur résultat possible, et vous l’aurez. Ça n’a rien de magique, L’absence de doute de chacune de vos actions contribue à gagner ce que vous imaginez dans votre tête. Quand le cœur n’y est pas, vous échouez, car vous n’employez pas tous vos efforts, votre 100%, vous gardez de l’énergie en réserve. Si le doute restreint  vos forces, la foi les ranime. Peale raconte ce qu’a dit un professeur de gymnastique, à un élève transi de peur devant un trapèze: « jette ton coeur au dessus de la barre, et ton corps suivra! »  Visualisez tout ce qu’il y a au-dessus de la barre, et rien de ce qui est en dessous. Voyez la victoire. Voyez l’image de votre victoire, en couleur et en détail. Avant d’agir, faites une estimation de vos capacités réelles. Puis, imaginez ces capacités augmentées de 10%. Une fois que c’est fait, bondissez, en y mettant tout votre cœur.

Ne plus croire aux défaites

Dans votre tête et dans vos paroles, mettez l’emphase sur les possibilités, les opportunités de chaque situation. C’est la méthode Trump, qui avait toujours le même conseil pour ses employés : « push harder », « keep pushing! » Affronter les obstacles, c’est apprendre à les connaître, et réaliser qu’ils ne sont pas aussi énormes que ça. Un certain général Tudor, admiré par le jeune Churchill, disait que si « un obstacle te fonce dessus, tu ne bouges pas! L’un de vous deux devra bien se briser, et ce sera l’obstacle! »

Encore une fois, rien de magique ici. Imaginez vos circonstances de manière avantageuse. Telles qu’elles devraient être. Les obstacles mentaux (petits tracas) peuvent être supprimés, comme on vide une baignoire. Les obstacles réels, eh bien, votre attitude envers eux est mentale elle aussi. On n’a pas à nier l’obstacle, mais on a pas à imaginer la défaite non plus. Dans votre tête, minimisez les obstacles en face de vous. Comment?  Plutôt que de voir l’obstacle grossi par la crainte exagérée qu’il cause, voyez l’obstacle tout court, de manière réaliste. Puis imaginez le futur, imaginez vous qui a déjà gagné. Repensez y souvent. Cette image est réelle. Croyez-y.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s