Archives du mot-clé Immigration

L’immigration n’aide pas le Québec

Excellente vidéo sur l’immigration au Québec que j’ai trouvée sur le Bonnet du patriote :

Les immigrants sont trop âgés (la moitié >30 ans) pour rajeunir le Québec

Ceux qui ne parlent que le français ne sont pas engagés par les employeurs… Difficile pour eux de sauver votre fond de retraire ou la langue française

Publicités

La crise immigratoire : au delà des émotions

Il vaut mieux réfléchir avant de mettre le doigt dans un engrenage. Il est toujours trop tard pour les regrets lorsque notre bras est coincé jusqu’à l’épaule.

Voici un billet pour nous changer les idées, pour réfléchir ne serait-ce qu’un instant, contrairement à nos médias qui ne nous proposent que de l’émotion.

Tout d’abord, deux points:

L’enfant noyé dont vous avez tous vu la photo a perdu la vie sur une plage turque. Je dis bien turque, pas européenne, pas canadienne, pas occidentale. Sa mort est triste, mais si elle doit entraîner une réponse politique, celle-ci devrait concerner la Turquie. Critiquez la garde côtière turque ou critiquez Ankara. Exiger une réponse occidentale est totalement hors sujet.

Cette crise en est une d’immigration. Inutile d’inventer un nouveau terme, de « migrants, terme vague,  L’asile politique est une catégorie qui existe déjà, qui demande que l’État considère chaque cas sérieusement, un à un. Parler de migrant, en créant une catégorie fourre-tout, crée sciemment la confusion. Cela sert à mélanger demandeurs d’asiles et immigrants économiques. D’ailleurs les immigrants dont il est question aujourd’hui viennent d’une foule de pays, dont plusieurs ne sont pas en guerre, et sont surtout des hommes pétants de santé, simples chercheurs d’emplois, tous munis de cellulaires, assez fortunés pour se payer des passeurs, qui jetent sans y toucher la nourriture que les bénévoles leur offrent. Pour ceux qui veulent confirmer, référez-vous aux dires d’individus qui ont cotôyé ces immigrants sur le terrain:

http://www.rtl.be/videos/video/547491.aspx

http://rutube.ru/video/fa14db4c7207f0666f30c2306fbaba89/?ref=logo


Maintenant, quelques lectures.

Je résume l’avis de Slavoj Žižek :

  • L’Europe est divisée en deux camps. Ceux qui veulent une totale ouverture des frontières, et les anti-immigrants populistes. Les premiers sont les plus hypocrites, car ils ne peuvent pas ignorer que leur projet est irréalisable et provoquerait une révolte populiste dans tous les pays. Tout ce qui compte pour eux, c’est d’exposer aux yeux du monde leur belle âme. Les anti-immigrants sont aussi irréalistes, car les pays d’origine des immigrants ne pourront pas régler leurs problèmes seuls.
  • Zizek veut qu’on reconnaisse que la source du problème, ce sont les États effondrés en Afrique et au Moyen-Orient. Effondrés à cause des guerres fomentées par les États-Unis et de ses valets de l’OTAN.
  • L’immigration est maintenant un projet utopiste. L’utopie garantie par l’État serait réclamé comme un droit fondamental. On essaie de nous faire croire qu’il est de notre devoir de donner à tout immigrant l’économie qu’il souhaite, une société d’accueil riche qui comblera tous ses désirs. Nos sociétés sont pourtant imparfaites, et ne peuvent que décevoir. Quand Zizek dit : « la Norvège n’existe pas », il veut dire que la Norvège rêvée par les migrants n’existe que dans leur imagination.
  • La seule solution est d’unir les peuples dans une même lutte, contre le capitalisme et le néocolonialisme qui sont justement les causes de la crise. Refusons le monde qui nous est imposé, où il n’existe aucun État, aucune frontière et où les humains s’échangent et sont transportés comme les marchandises.

Le Gaulliste LIbre :

Mais surtout, on voit que bien les annonces sur les migrants servent sans doute d’abord les intérêts de ceux qui les font. L’Allemagne y gagne démographiquement, économiquement, mais aussi à des fins de pure communication, après avoir été présentée comme le bourreau de la Grèce. Et quand on constate que Pierre Gattaz, le bien peu social président du Medef (Lobby du patronat) écrit dans le Monde que « les migrants sont un atout pour la France » alors même que la bible des élites mondialisées The Economist, somme l’Europe de les accueillir, il est difficile de ne pas comprendre que cela sert aussi les intérêts des entreprises et du patronat, qui va y trouver une main d’œuvre bon marché de plus, qui renforcera la position des entreprises par rapport à celle des salariés dans toutes les négociations qui sont en cours…


Pour ma part je n’accepterais pas un seul de ces réfugiés avant que des pays bien plus proches de la Syrie montrent clairement qu’il font leur part.

Je pense aux pays arabes les plus riches, qui ont justement besoin de main d’oeuvre pour bâtir leurs hôtels et leurs stades de soccer. Ils sont listés par Zizek : Arabie Saoudite, Kowait, les Émirats Unis, le Qatar. J’ajouterais Israël à cette liste, car c’est un autre pays riche et proche de la zone en crise. Pourquoi ceux-là auraient le droit de refouler le moindre réfugié à leurs frontières? Droit qui nous serait refusé à nous?

Je pense aussi aux États-Unis, initiateur de toute l’instabilité dans la région. Qu’ils fassent bon accueuil aux victimes de leurs propres machinations. Qu’ils le fassent jusqu’à en déborder. Après, et seulement après, on pourra envisager un effort du Québec.

L’immigration n’aide aucun peuple

Ce qui vous fait chaud au coeur peut être désastreux

L’immigration de masse est une fausse bonne idée. Il est ridicule de la percevoir comme une aide faite aux pays pauvres. En pratique l’immigration nous amène à les saigner à blanc, à vampiriser leur meilleurs éléments avec de fausses promesses. Elle déracine et extirpe des gens qui aurait pu être des bienfaiteurs pour leur propres pays, pour les implanter brutalement sur des terres lointaines qui ne ressemblent pas toujours aux brochures. Ce processus sera toujours une violence. Comment une telle politique, une telle folie, peut-elle être vue comme la seule qui soit humaine, morale et gentille? La déception de l’arrivant ou les mille et une incompréhensions ou malaises vécus au quotidien ne sont-ils pas les thèmes centraux de toute la littérature migrante?

Pire, non seulement on pratique l’immigration comme si elle allait de soi, comme si nous faisions banalement la « bonne chose », mais on l’enrobe en plus d’un horrible langage technicien et comptable. On réclame la hausse des quotas, On se réjouit que 50 000, 100 000, 200 000 nouveaux immigrés arrivent en masse, comme si on parlait de l’importation de cargaisons de viande. On dit qu’ils contribueront à la natalité, comme si on parlait de veaux d’une espèce davantage fertile. Cela montre bien que la seule motivation est économique. C’est bien le problème.

Je vous laisse sur cette brève démonstration, faite avec des boules de gommes :